Consultez vos résultats en ligne

inscription connexion aide

Les Norovirus

Les Norovirus

Morphologie et ultrastructure de particules virales de Norovirus (Image obtenue par microscopie électronique à transmission et coloration; CDC/ Charles D. Humphrey, PhD ; ID #10706 ; CDC Public health image library)

Les Norovirus (anciennement dénommés « Virus de Norwalk») sont aujourd’hui considérés comme une cause majeure de cas sporadiques et d’épidémies de gastroentérites aigues aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte.

Les Norovirus possèdent une résistance importante dans le milieu extérieur et un grand pouvoir contaminant. Ils posent notamment des problèmes d’épidémies dans les collectivités (crèches, cantines, restaurants, hôpitaux, établissements d'hébergements pour personnes âgées dépendantes EHPAD).

Le Norovirus est par exemple impliqué dans environ 1/3 des gastroentérites virales rencontrées en pédiatrie. Le virus peut être isolé toute l’année avec des observations plus fréquentes en automne et en hiver.

Distribution des virus détectés dans des échantillons de selles d’enfants hospitalisés pour diarrhées dans le Nord de la France (selon Andreoletti L et al., 2010)

La prévention de l’infection passe par :


Le diagnostic biologique des infections à Norovirus permet l’investigation des cas sporadiques et des épidémies de gastroentérites aigues. Il détermine également la mise en place d’actions préventives spécifiques d’hygiène.

Les laboratoires CBM25 proposent désormais la recherche de Norovirus à l’aide d’une technique rapide (immunochromatographie) depuis un échantillon de selles. Le résultat est communiqué dans la journée.

Toutes les informations relatives à cet examen sont consultables sur ce site internet www.cbm25.fr onglet « Analyses », rubrique « Référentiel des analyses ».

Biologiste responsable : Dr Matthieu Lefranc - matthieu.lefranc@cbm25.fr

Référence :
Prevalence of rotavirus, adenovirus, norovirus, and astrovirus infections and coinfections among hospitalized children in northern France. Andreoletti L & al., J Clin Microbiol. 2010 ; 48 :1943-6.

 

Retour